Découvertes illuminées : apprendre à utiliser le LilyPad

Rédigé par Julie-Anne Turner, candidate à la maîtrise en éducation, Université d’Ottawa

«Voilà les LilyPads, il y a des piles dans la boîte, et des lumières aussi. Et n’oublie pas les aiguilles!»

Michelle me passa la boîte de fournitures, et, avec enthousiasme, je m’installai dans une salle de classe pour entreprendre mon projet, qui consistait à coudre une lumière LED sur un t-shirt de l’Institut. J’avais décidé de me lancer dans l’exploration des textiles électroniques en guise de préparation au volet Bricoleur, n’ayant jamais eu la chance de jouer avec ces outils.

J’avoue détenir certaines habiletés de couture, ayant appris dès un jeune âge à faire des réparations de base, alors cette composante du projet ne me causait aucun souci. De plus, en termes de connaissances par rapport à l’électricité et aux circuits, j’entendais l’écho de la voix de mon père dans ma tête: «C’est simple: les positifs avec les positifs, les négatifs avec les négatifs!»

Mais, où commencer? Et comment? J’avais devant moi une panoplie d’outils et de gadgets, mais aucune idée de comment mettre en marche mon processus de création.

 Ainsi, je dois dire que démarrer l’activité fut l’étape la plus difficile pour moi. Intimidée par une pile et une lumière LED, c’est ridicule! Mais, c’est la vérité : j’avais une légère crainte devant cette liberté de créer.

Alors, comme plusieurs Bricoleurs de nos jours, je me suis alors trouvée à chercher sur Youtube afin de comprendre comment bien attacher la pile sur le chandail. La première étape consistait à coudre la pile en place et ensuite passer le fil à la lumière LED afin d’avoir un lien entre les deux positifs.

Impatiente de savoir si j’étais sur la bonne piste, j’ai décidé alors de prendre un raccourci et de tester le circuit en le complétant avec le fil conducteur et mon aiguille. Réussite! Une petite lumière rose s’est allumée, tout comme mon visage, qui rayonnait de cette belle découverte. Il s’agissait maintenant de coudre en place le fil afin que le circuit reste bien en place.

Après avoir cousu le deuxième fil, je pouvais voir que ma lumière restait bien allumée et que c’était réellement une réussite.

Et voilà!

Malgré avoir piqué mes doigts à maintes reprises, faute de manquer de pratique avec la couture, j’ai pu rapidement m’adapter à la tâche et terminer la première étape de mon projet assez rapidement. Complètement énergisée par cette lumière, j’ai alors décidé d’en intégrer une autre!

Je constate alors que la découverte dans l’apprentissage, ce sentiment de fierté qui m’a enveloppé en voyant cette petite lumière s’allumer, voilà la richesse d’oser tenter quelque chose de nouveau. Heureuse de mon cheminement, et remplie d’une énergie créative, j’ai maintenant bien hâte de voir ce que les Bricoleurs vont créer lors de la semaine d’apprentissage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *