Notre équipe

Michelle Schira Hagerman, PhD

Michelle Schira Hagerman est professeure adjointe à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Spécialiste en technologies éducationnelles,  elle étudie les méthodes pédagogiques qui soutiennent le développement des littératies numériques chez l’élève. Educatrice engagée, elle aime concevoir des expériences d’apprentissage pour les enseignant.e.s qui les inspirent à imaginer, à explorer, et à pousser leurs limites. À date, ses contributions académiques apparaissent dans le Journal of Education, TechTrends, le Journal of Literacy and Technology, Reading Today et le Handbook of Digital Learning for K-12 Schools. Elle est co-rédactrice du livre, Reading at a crossroads: Disjunctures and continuities in current conceptions and practices (Routledge, 2015). En 2013, elle a participé à la conceptualisation du Summer Institute in Digital Literacy à l’Université du Rhode Island (URI). Inspirée par ce travail et par ses collègues à North Carolina State University et à URI, elle collabore aujourd’hui avec les chercheur.e.s eminent.e.s de l’Université d’Ottawa pour créer cet Institut — une expérience d’apprentissage professionnelle qui a comme but, un soutient hors pair pour les enseignant.e.s canadien.ne.s qui veulent approfondir leurs connaissances des littératies numériques, et réfléchir sur les pratiques pédagogiques gagnantes.
http://mschirahagerman.com

Megan Cotnam-Kappel, PhD

Megan Cotnam-Kappel est professeure adjointe à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Spécialiste dans les domaines des technologies éducatives et de l’éducation en milieu minoritaire, ses intérêts de recherche sont les littératies et la citoyenneté numériques, les pédagogies et espaces Maker et les particularités de l’enseignement en milieu minoritaire. Cotnam-Kappel détient un doctorat de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Corse Pascal Paoli. Elle est membre en règle de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et a complété un stage postdoctoral à la Harvard Graduate School of Education. Franco-ontarienne engagée, Cotnam-Kappel mène un programme de recherche qui vise le développement des compétences en littératies numériques, notamment le codage et la création en ligne, chez les élèves de l’Ontario français.
https://education.uottawa.ca/fr/personnes/cotnam-kappel-megan

Diane Watt, PhD

Dianne Watt est chercheure et professeure à la Faculté d’éducation à l’Université d’Ottawa où elle a fait ses études doctorales avec spécialisation en Sociétés, Cultures et Littératies. Elle enseigne les cours de premier, deuxième et troisième cycles, tout en gérant la Cohorte en éducation globale dans le programme professionnel formation à l’enseignement (secteur anglophone). En tant que chercheure, elle étudie les nouvelles littératies, les littératies multiples, et l’éducation interculturelle. Son projet actuel, subventionné par le CRSH, vise à explorer le potentiel de la production des vidéos comme activité numérique critique chez les enseignant.e.s en formation. Elle se demande comment ces enseignant.e.s emergent.e.s peuvent explorer et communiquer une compréhension des perspectives diverses par la production des vidéos. Avant de revenir à l’Université d’Ottawa, Diane était chercheure en résidence à The Institute for Feminist and Gender Studies à L’École d’éducation Werklund à l’Université de Calgary. Dans ses recherches postdoctorales, elle a documenté les pratiques médiatiques d’une équipe de jeunes femmes, devenues Youtubers, qui vivent dans un contexte culturel marginalisé. Ces jeunes femmes ont collaboré avec Watt sur un film documentaire, créé pour un public d’enseignant.e.s, sur leurs activités extra-scolaires comme réalisatrices de film. Dans sa thèse de doctorat renommée, Watt a documenté comment les adolescentes musulmanes dans une école secondaire ontarienne, se sont servies des  médias multimodales pour construire leurs identités.

Jamilee Baroud

Jamilee Baroud est doctorante à la Faculté d’Éducation à l’Université d’Ottawa et récipiendaire de la bourse d’études supérieures de l’Ontario (BESO). Elle a obtenu une maîtrise en éducation avec spécialisation en Études féminines de l’Université Lakehead avec le financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Elle est coordonnatrice du Collectif de recherche critique (CRC), un groupe de discussion professionnel de professeurs et d’étudiants qui explorent les questions interdisciplinaires portant sur les recherches et les théories critiques. Au sujet de la production critique des vidéos, elle anime les ateliers pour les jeunes, pour les enseignants, et pour les candidat.e.s à la formation à l’enseignement. Elle travail au développement des ressources pédagogiques qui ont le but d’encadrer les enseignants et candidat.e.s à la formation dans les projets de la science citoyenne. Dédiée à la justice sociale, Jamilee mène les recherches sur le potentiel des pratiques pédagogiques qui servent à la fois,  à développer des littératies numériques et des littératies critiques.

Genevieve Cloutier

Genevieve Cloutier est artiste interdisciplinaire, animatrice et écrivaine d’Ottawa, Ontario. Elle est diplômée d’Emily Carr University of Art and Design et de l’Université d’Ottawa où elle a reçu une maîtrise es arts en 2014. Doctorante à la Faculté d’Éducation, elle est récipiendaire d’un financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour un projet de recherche qui explore la participation, les pédagogies et les méthodes d’enseignement influencées par les arts. Montés et partagés en Australie et au Canada, ses oeuvres artistiques, qui comprennent des vidéos, des performances et les installations d’arts visuels, explorent plusieurs grandes idées, dont la déconstruction, la langue, l’espace public, les pédagogies alternatives et relationnelles. Ses articles écrits apparaissent dans Western Front Magazine, Canadian Art Teacher, the Canadian Society for Education Through Art, the Journal of the Canadian Association of Curriculum Studies, and the International Journal of Education & the Arts. Elle est membre du Blink Art Collective où elle était co-fondatrice de Summerhill on Major’s Hill, une école indépendante, mais sans frais de scolarité, basée sur les principes artistiques, et démocratiques. Pour Genevieve, la vidéo est souvent au centre de son processus artistique et pédagogique.

Emmanuel Duplàa, PhD

Emmanuel Duplàa est professeur agrégé à la Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa, spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’apprentissage. Après un baccalauréat en mathématiques et une maitrise en sciences cognitives, il a réalisé un doctorat « Cifre » (financé en partie par des entreprises) en éducation sur les dimensions inconscientes des relations en ligne en contexte d’e-Formation. Il a participé à des projets sur l’ergonomie de conception et la planification (Institut de Recherche en Informatique et Automatique), sur la formation à distance (Télécom-Paristech et Centre d’Études Supérieures Industrielles) et sur la formation en e-Santé (Téluq). Il mène actuellement des recherches à la Faculté d’Éducation sur les jeux vidéo éducatifs (en partenariat avec l’École d’ingénierie et de technologie de l’information), sur les littératies numériques et sur les processus de conception en e-formation.
https://education.uottawa.ca/en/people/duplaa-emmanuel

Jonathan Weber

Jonathan Weber est doctorant à la Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa. Dîplômé d’une maitrise (MA) de notre faculté, ingénieur chimique (BASc) et ingénieur informatique (BSc) Jonathan a commencé sa carrière de recherche avec un projet qui a exploré l’impact des tutoriels par vidéo partagés entre une communauté d’éducateurs et d’éducatrices en médecine familiale.  À la Faculté de Médecine, il a aussi travaillé sur le développement des nouvelles approches technopédagogiques pour les médecins en formation.

En tant qu’ingénieur, il a fait du bénévolat avec le programme Parlons Sciences! qui cible le développement des compétences et des connaissances scientifiques chez les élèves dans les écoles élémentaires et secondaires en offrant des ateliers animés par les étudiants aux études supérieures. Dans son projet de thèse doctorale, Jonathan étudie le développement de l’identité Maker chez les étudiants à la formation à l’enseignement. On peut le retrouver sur Twitter en gazouillant au sujet de l’éducation (et des mèmes)  @jernwerber.

2018 Conférencier Invité
Michael Hoechsmann, PhD

Michael Hoechsmann est professeur agrégé de la Faculté d’Éducation à Lakehead University (Orillia). Il est auteur du livre, Media literacies: A critical introduction (Wiley). Il est membre du conseil de direction d’Habilomédias: Le centre canadien d’éducation aux médias et littératies numériques. Il est co-chair du réseau nord-américain d’UNESCO GAPMIL (Alliance Mondiale pour les partenariats médias, information et littéraires).

 

Le Professeur Hoechsmann nous adressera la parole le mercredi 11 juillet à 9h00. Le titre de sa conférence est:  Littératies remixées dans les écoles, dans les communautés et dans la vie quotidienne

Ce sera une présentation bilingue (anglais-français).  Dans notre façon à l’Université d’Ottawa, les diapos seront traduits vers le français et vers l’anglais pour rendre plus accessible à tous les participant.e.s. les idées et les ressources partagées.

Dans cette vidéo, réalisé par l’Université Lakehead (en anglais) Monsieur Hoechsmann répond à une série de questions qui nous permettent de le connaître.

Ici, vous pouvez écouter le Professeur Hoechsmann donner une courte conférence en espagnol, mais sur les mêmes idées des littératies remixées.

 


Conférencières Invitées de 2017

Janette Hughes, PhD

www.janettehughes.ca

 

 

 

 

 

 

Sarah Gretter, PhD

www.sarahgretter.org

Sarah Gretter est une recente diplômée du programme en Psychology & Technologie de l’Éducation à Michigan State University. Son travail se centre sur la formation aux enseignants pour aider les élèves à comprendre l’impact de la technologie dans la vie de tous les jours. Son travail est à la croisée de comment les personnes communiquent entre eux (littéracie médiatique) et de comment les machines nous transmettent des informations (pensée computationelle) afin de prendre conscience de l’effet d’Internet sur nos connaissances du monde qui nous entoure. Elle joindra le Hub for Innovations in Learning and Technology (Centre pour les Innovations en Apprentissage et Technologies) à Michigan State University en Juillet, où elle contribuera à développer de nouvelles façons d’aborder l’éducation dans l’Âge de l’Information.